Connect with us

Non classé

Qui est mon Pat Lafontaine présentement?

Un texte de David Tétreault

CHRONIQUE | Mon équipe préférée quand j’étais jeune était les Sabres de Buffalo. J’avais eu un coup de cœur pour le logo; le fameux bison avec les deux sabres, quelle classe!  Mon joueur préféré est rapidement devenu le numéro 16, le légendaire Pat Lafontaine.  Sur les patinoires de ma petite ville natale, j’étais Pat.

Au Cégep, influencé par des amis, je me suis mis à aimer le Canadien de Montréal. Ce n’était pourtant pas les années glorieuses qui se pointaient à l’horizon. Chad Kilger.  Mariuscz Czerkawski. Randy Mckay. Andreas Dackell. Patrick traverse.

À la fin de la saison en 2003, seulement 77 points au classement pour le CH. Ça ne partait pas sur les chapeaux de roues. Peu importe, je me suis mis à les aimer, j’ai découvert leur histoire, leur passé glorieux, les anciens etc. J’ai vécu les pires années du Canadien de l’ère moderne. Puis les années agréables se sont pointé le bout du nez.  Premier au classement, finale d’association, l’artiste Kovalev, Halak qui goal sur la tête contre Washington et Pittsburgh. De beaux moments. Puis 2017.

C’est lourd cette saison. Le problème n’est pas la défaite, le vrai problème est l’effort déployé. La victoire contre Ottawa du weekend dernier ne panse aucune blessure. Ils vont en gagner une de temps en temps, c’est impossible perdre 82 parties.

Reste que le plaisir de les voir jouer n’y est plus. D’un autre côté on peut voir Vegas, une équipe de laissés pour comble qui travaille comme des forcenés à chaque présence. Sur papier, les deux équipes ne sont pas dans la même ligue. Sur la glace, l’histoire est différente. La preuve que le coeur surclasse souvent le talent brut.

Changer le Ch contre les Golden Knights. Le feriez-vous demain matin?  La question peu sembler farfelu mais elle mérite réflexion. Est-ce que tout ce qu’il manque chez le canadien est un joueur rassembleur, une étincelle, un spark à la Radulov? Ou est-ce que même avec un rajout important, le coeur n’y est plus? Price, Pacio, Gallagher, Weber, Drouin, ce n’est pas les joueurs talentueux qui manquent dans cette organisation.

Les Flyers de Philadelphie ont Giroux, Couturier, Simmonds, Voracek, est-ce meilleur que les bons joueurs du CH? Absolument pas. Il faut travailler dans la vie. Surtout quand on s’amuse, ça devrait être un automatisme de se donner. Évidemment que l’on est pas aussi en problème qu’au début des années 2000 avec capitaine courage. Reste néanmoins qu’une saison en dents de scie, c’est long longtemps.

Et disons que depuis quelques temps quand j’enfile mes patins pour aller jouer au hockey sur la patinoire municipale, je campe à nouveau le rôle de mon numéro 16 préféré, en attendant d’avoir un nouveau joueur du Ch à qui je pourrais m’identifier.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Non classé