Connect with us

HISTOIRES DE SPORTS

LHJMQ à 16 ans: tous les joueurs sont différents

Un texte de Mathieu Beaulne

20 février 2018 22h15. Palais des Sports de Jonquière.

Olivier Desroches, Jérémy Martin et les Cataractes de Shawinigan viennent de s’incliner en prolongation face aux Saguenéens de Chicoutimi par la marque de 4-3.

En ce mardi soir, les Cataractes se dirigent vers l’hôtel pour y passer la nuit. Ils retourneront vers la maison demain en début de journée. Ensuite, les joueurs pourront réintégrer leur horaire habituel.

Comme le dit leur entraîneur-chef Daniel Renaud, les Cats ont une très jeune équipe. Plusieurs de leurs joueurs vont même encore au secondaire.

Olivier Desroches et Jérémy Martin font partie de ceux-là. Même à leur première année d’éligibilité au niveau junior, ils ont réussi à se tailler un poste dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Et la tâche n’est pas toujours facile

« Personnellement, je trouve ça assez difficile de combiner le secondaire et le junior, ça fait des grosses journées. On doit toujours être à notre affaire », explique Jérémy Martin.

Le hic pour ces joueurs, c’est que leur emploi du temps est plus occupé que celui d’un joueur plus vieux.

La raison?

Ils doivent suivre les cours d’une école secondaire en même temps que parcourir le Québec en autobus pour jouer au hockey.

Les joueurs affiliés (JA) à une équipe, eux, peuvent se retrouver dans cette situation à tout moment en cas d’un rappel. Même au moment le moins évident.

C’est le cas de Christophe Farmer. Ce dernier appartient aux Saguenéens de Chicoutimi dans la LHJMQ. Cette saison, il effectue la navette entre son équipe midget AAA et les Sags. À 16 ans, il a disputé 4 matchs dans le plus haut calibre junior de la province.

« On n’a pas toujours beaucoup de temps pour nos travaux dans nos temps libres à cause du hockey. Les professeurs comprennent et ils ont fait des arrangements pour que tout fonctionne », explique Farmer.

Mais il ne faut pas penser que l’étude est négligée dans le junior. Chez les Saguenéens de Chicoutimi, les joueurs ont des périodes d’études quotidiennes. Elles sont strictes. Et les joueurs prennent véritablement l’école à coeur.

De son côté, le défenseur des Cataractes Olivier Desroches a trouvé la solution pour combiner allégrement son rôle d’étudiant et celui de joueur de hockey.

Ayant été échangé en milieu de saison, Desroches a commencé l’année dans les maritimes avec le Titan d’Acadie-Bathurst. Par conséquent, il étudie à distance étant donné la différence entre les niveaux scolaires dans l’est du pays. « Le secondaire à distance m’aide dans cette situation. Je vais à mon rythme, c’est plus facile pour moi », raconte le numéro 74 des Cats.

En 2003, la LHJMQ a modifié sa réglementation afin de permettre aux équipes de transiger les joueurs de 16 ans qui ont célébré leur anniversaire avant le 31 décembre de l’année en cours.

Ainsi, un joueur comme Christophe Farmer, comme Olivier Desroches ou comme Jérémy Martin a pu être échangé en cours de saison 2017-2018. Ce fut le cas de deux d’entre eux.

« Lorsqu’un joueur de 16 ans est échangé, c’est souvent dans une équipe en reconstruction qui va lui donner une chance. Personnellement, je trouve ça très bien », affirme Desroches, qui est passé du Titan aux Cataractes cette saison.

En ce qui concerne l’école, une transaction peut créer des situations d’autant plus complexes. Pour cette raison, certains affirment que l’année de 16 ans dans le midget AAA est un passage obligé, autant en classe que sur la glace.

« Le développement de chaque joueur est différent. Pour ceux qui ont besoin d’un peu plus de temps, comme moi, la deuxième année dans le midget AAA ne fait pas de mal », manifeste Christophe Farmer, qui a été repêché par le Titan d’Acadie-Bathurst en 2017 avant d’être envoyé aux Saguenéens.

Mais il y a toujours des exceptions à la règle. D’autres athlètes démontrent que, peu importe l’âge, un joueur peut faire la différence dans le circuit Courteau.

Parlez-en à Alexis Lafrenière. Au même moment où les Sags volaient la victoire aux Cataractes en prolongation le 20 février dernier, il inscrivait son 40e but de la saison à 16 ans seulement. « Pour les joueurs qui possèdent un très bon sens du hockey, c’est beaucoup plus facile de s’adapter dans le junior », poursuit Olivier Desroches.

En passant, Lafrenière est devenu le premier joueur de 16 ans à marquer 40 buts dans la LHJMQ en une saison depuis un certain Sidney Crosby…

Le plus frappant dans tout ça? Il va encore au secondaire, lui aussi.

Pour suivre Mathieu Beaulne veuillez, cliquer ici

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in HISTOIRES DE SPORTS